fbpx Skip to content

Destinations

Grand Bassin : du merveilleux au religieux

March 11, 2:40 pm

Niché dans les hauteurs de Maurice, Grand Bassin est devenu un lieu de culte pour la communauté hindoue. Plus de 500 000 pèlerins y convergent chaque année pour la Maha Shivaratree. Décrit comme merveilleux au XVIIIe siècle, il prendra sa dimension religieuse à la fin du XXIVe.

Sur la carte de l’abbé de la Caille

Grand Bassin est répertorié sur la carte de l’abbé de La Caille (1753) mais l’abbé le confond avec Bassin Blanc. Le dessinateur Jacques-Gérard qui faisait partie de l’expédition de Nicolas Baudin visite le lac en 1801 en compagnie de Toussaint Antoine de Chazal et en retient ceci : « À la vue de grand étang dont les Créoles de l’île de France (les colons français nés sur l’île) racontent tant de prodiges, le merveilleux disparut : c’était une nappe d’eau très ordinaire ».

Le merveilleux fait son apparition presque un siècle après quand un prêtre de Triolet, le pandit Giri Gossaye, fit un rêve dans lequel il crut voir la rivière du Gange se refléter dans un lac à Maurice. Il vit aussi une île dans le lac sur lequel dansaient des anges (paris). Il entreprit alors, avec un groupe de dévots de son village une traversée de l’île pour arriver au Grand Bassin. On était en 1898 et il n’existait pas de routes dans cette partie de l’île.

Au bout de leur périple, ils « découvrirent » le lac dont ils en ramenèrent un peu d’eau pour asperger la statue du dieu Shiva de leur shivala (temple). La nouvelle se répandit bien vite et c’est ainsi que commença le pèlerinage et débuta la dimension religieuse du lieu. Le lac est aussi appelé Pari Talao (lac des fées) ou Ganga Talao.

 

Grand Bassin: from the wonderful to the religious

Nestled in the heights of Mauritius, Grand Bassin has become a place of worship for the Hindu community. More than 500,000 pilgrims converge there every year for the Maha Shivaratree. Described as marvellous in the 18th century, it took on its religious dimension at the end of the 19th century.

Grand Bassin is listed on the map of the Abbé de La Caille (1753) but the Abbé confused it with Bassin Blanc. The draughtsman Jacques-Gérard, who was part of Nicolas Baudin’s expedition, visited the lake in 1801 in the company of Toussaint Antoine de Chazal and said: « At the sight of the great pond of which the Creoles of the island of France (French colonists born on the island) tell so many prodigies, the marvellous disappeared: it was a very ordinary sheet of water.

The marvellous reappeared almost a century later when a priest from Triolet, Pandit Giri Gossaye, had a dream in which he thought he saw the Ganges River reflected in a lake in Mauritius. He also saw an island in the lake with angels dancing on it. He then undertook, with a group of devotees from his village, a crossing of the island to reach the Great Basin. It was 1898 and there were no roads in this part of the island.

At the end of their journey, they « discovered » the lake and brought back some water to sprinkle on the statue of the god Shiva in their shivala (temple). The news spread quickly and thus began the pilgrimage and the religious dimension of the place. The lake is also called Pari Talao (Fairy Lake) or Ganga Talao.

Destinations

Show Your Support

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Like it 3