fbpx Skip to content

Ile Durable

Clemencia : un village enraciné dans l’histoire et l’authenticité

January 5, 6:56 pm

Niché entre les montagnes du West Peak et celle de Montagne Blanche, le village de Clemencia renferme un paysage verdoyant et des vestiges du passé que les habitants veillent jalousement à conserver. Abritant l’un des plus anciens Kovil (temple tamoul) de l’île Maurice et de nombreux souvenirs ancestraux, ce village rustique de l’est a su garder son cachet authentique tout en jonglant entre modernité et tradition. Culture, héritage et patrimoine, c’est tout un recueil d’histoires qu’on découvre à Clemencia.

Energie sereine et envoûtante

Juché en haut de ses 32 marches, l’Aroul Migou Dhandayoudhabani Swami Kovil est l’un des plus anciens temples tamouls de l’île. Taillé dans la pierre dans les années 1800 et reconnu officiellement en 1856, ce temple unique en son genre était gardé jusqu’à début juin 2023 par le prêtre Valaydon Chocalingum plus communément appelé Aya Gassen. Le chef religieux, âgé de 70 ans, a quitté ce monde le 5 juin 2023. Il représentait la quatrième génération de sa lignée. Nous l’avions rencontré fin février de l’année dernière et il n’était pas peu fier de  nous raconter l’histoire de l’édifice et la rigueur avec laquelle il dirigeait les nombreuses prières qui animent le sanctuaire sacré. « Le Kovil a vu le jour grâce aux efforts collectifs et à la contribution monétaire des coolies débarqués à Maurice », dévoile Aya Gassen. Selon ses dires, c’est le seul temple Murugan qui a réussi à conserver et sa structure et son habillage originels faisant de lui un véritable joyau culturel. Dégageant une énergie sereine et envoûtante, le Kovil se divise en quatre parties représentant chacune une dimension religieuse et spirituelle spécifique. Au fond du temple, nous découvrons une magnifique statuette (Murti) d’un noir intense du dieu Muruga, également conservée dans un état impeccable depuis la construction du temple.

Editor
65 articles

Follow Vashish

« Tou kominoté vinn visité ek fer la priyère isi », affirmait avec fierté Aya Gassen, ajoutant que, sa famille et lui étant les seuls habitants hindous de culture tamoule du village, ce sont les autres communautés qui viennent pour y prier et célébrer le Thaipoosam Cavadee. Accueillant tout le monde à bras ouverts, ceux qui viennent de chaque coin de l’île et même d’ailleurs, il fait de l’endroit un véritable vivier de la diversité et du mauricianisme. En dépit des nombreuses requêtes voulant rénover le temple, le prêtre maintient qu’il faut le préserver dans sa forme d’origine car il fait partie intégrante de notre patrimoine en tant que Mauriciens et raconte notre histoire collective.

Au-delà de ce temple iconique, Clemencia offre une nature foisonnante : rivières, collines, montagnes, plantations et points d’eau. Et au beau milieu, se cachent les ruines d’un moulin qui opérait à l’époque des coolies ainsi que des anciens rails de trains utilisés pour transporter de la marchandise. Pour Bhavish Chamroo, habitant de Clemencia, il y a plusieurs bienfaits à vivre en harmonie avec la nature, comme le savent si bien le faire les villageois. Passionné de randonnée et d’excursion forestière, ce jeune homme de 23 ans a fondé Gypsy Morisien, un groupe qui rassemble ceux qui souhaiteraient découvrir la faune et la flore, non seulement de son village, mais aussi d’autres localités au travers des randonnées. « J’accueille tout le monde dans ce groupe du moment qu’ils aiment la nature et ont soif d’exploration », exprime-t-il.

Pour le jeune homme, la végétation du village offre plus qu’une simple expérience de plein air : c’est une réelle opportunité d’être en communion avec la nature et de jouir de ses nombreux bienfaits tels que se reconnecter à soi-même, apaiser son anxiété ou encore entamer un parcours spirituel. Parmi les joyaux qui se trouvent à Clemencia, Bhavish révèle l’existence d’une cascade en montagne qui se nomme Gilasi. De nombreuses histoires sont associées à cette dernière, amplifiant ainsi l’âme et le charme du village. La pêche, la baignade en rivière et le jogging sur les sentiers dégagés des champs de cannes, voici quelques unes des passe-temps favoris des habitants de Clemencia qui leur permettent de se ressourcer et de se croiser les uns les autres en cours de route.

Avec les innombrables projets de développement qui parcourent l’île et l’emprise grandissante des écrans sur tout un chacun, Clemencia s’impose encore comme un de ces rares espaces où l’être humain peut redécouvrir les valeurs simples de la vie en s’imprégnant de l’harmonie et de la culture qui y règnent. Décrivant l’endroit comme un havre de paix propice à la création, à l’enrichissement et à la renaissance, Bhavish explique qu’avec toutes les ressources disponibles à Clemencia, le village s’érige comme un véritable refuge de quiétude, un centre de santé biologique. Un détour qui en vaut bien la peine car il assure une riche expérience et de surprenantes découvertes.

Clemencia: a village rooted in history and authenticity

 

 

Nestled between the West Peak and the Montagne Blanche Mountain, the village of Clemencia has a lush green landscape and bits and pieces of the past that the inhabitants endeavour to preserve jealously. Home to one of the oldest Kovil (Tamil temple) in Mauritius and to many ancestral memories, this rustic village in the East has managed to keep its authentic character while combining modernity and tradition. Culture, heritage and patrimony are all parts of the national history in Clemencia.

 

Perched atop its 32 steps, the Migou Dhandayoudhabani Swami Kovil is one of the oldest Tamil temples on the island. Carved out of stone in the 1800s and officially recognised in 1856, this unique temple was guarded until early June this year by Priest Valaydon Chocalingum, more commonly known as Aya Gassen. The 70-year-old religious leader passed away on 5th June 2023. He represented the fourth generation of his lineage. When we met him at the end of February he was so proud to tell us about the history of the building and the rigour with which he led the many prayers that enliven the sacred shrine. « The Kovil came into being through the collective efforts and monetary contribution of the coolies who landed in Mauritius, » he told us. According to him, it is the only Murugan temple that has managed to retain its original structure and cladding, making it a true cultural gem. Exuding a serene and bewitching energy, the Kovil is divided into four parts, each representing a specific religious and spiritual dimension. At the back of the temple, we discover a magnificent black statuette (Murti) of the god Muruga, also preserved in impeccable condition since the temple was built.

 

« Everyone comes here to visit and pray, » said Aya Gassen proudly, adding that since his family and himself are the only Hindus of Tamil culture in the village, it is the other communities who come to pray and celebrate the Thaipoosam Cavadee. Welcoming everyone with arms wide open, from every corner of the island and even from further afield, he makes the place a veritable breeding ground for diversity and Mauritianism. Despite numerous requests to renovate the temple, the priest maintains that it must be preserved in its original form as it is an integral part of our heritage as Mauritians and tells our collective story.

 

Beyond this iconic temple, Clemencia offers a wealth of nature: rivers, hills, mountains, plantations, and waterholes. And in the very midst of it, are the ruins of a mill that operated in the coolie days as well as a rusty train track used to transport goods. For Bhavish Chamroo, a resident of Clemencia, there are many benefits to living in harmony with nature, in the image of the villagers. A keen hiker and forest excursionist, the 23-year-old young man has founded Gypsy Morisien, a group that brings together those who would like to discover the flora and fauna, not only of his village but also of other villages through hiking. « I welcome everyone in this group as long as they love nature and are keen to explore, » he says.

 

For Bhavish, the vegetation in the village offers more than just an outdoor experience: it is a real opportunity to be in communion with nature and to enjoy its numerous benefits such as reconnecting with oneself, soothing anxiety, or setting off for a spiritual journey. Among the gems in Clemencia, Bhavish reveals the existence of a mountain waterfall called Gilasi. Many stories are associated with it, adding to the soul and charm of the village. Fishing, swimming in the river and jogging along the open paths of the sugarcane fields are some of the favourite pastimes of the inhabitants of Clemencia, allowing them to recharge their batteries and meet one another along the way.

 

With the countless development projects criss-crossing the island and the increasing influence of monitors on each and everyone, Clemencia still stands out as one of those rare places where people can rediscover the simple values of life by soaking up the harmony and culture that prevail there. Describing the place as a haven for creation, enrichment and rebirth, Bhavish explains that with all the resources available in Clemencia, the village is emerging as an incredible organic health centre. A detour which is well worth it, because it guarantees an enriching experience and striking discoveries.

 

 

 

 

Destinations
Ile Durable
News

Show Your Support

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Like it 2