fbpx Skip to content

News

Elodie Sooriah, la plus jeune directrice d’hôtel à Maurice

Perfectionniste, optimiste, à la fois compétitive et méthodique, Elodie Sooriah est une femme qui a su saisir les opportunités pour réaliser son désir de devenir non seulement l’une des rares directrices d’hôtel à l’île Maurice mais aussi la plus jeune à 34 ans. En poste depuis maintenant cinq ans au Veranda Paul et Virginie, elle assure sa position de directrice en s’appuyant sur de riches expériences professionnelles à l’international et un désir infatigable de toujours mieux faire. Elle nous livre son parcours qui l’a menée à devenir ce qu’elle est aujourd’hui, tout en partageant ses réflexions nuancées de sagesse sur le secteur hôtelier et la vie dans son ensemble.

Au départ, Elodie aspirait à une carrière de pilote d’avion ; cependant, il semble que la vie avait d’autres projets en réserve pour elle. Découvrant rapidement qu’elle ne s’épanouirait pas dans ce domaine, elle entame une année d’études de droit à Nantes avant de revenir à Maurice pour rejoindre le Club Med. Étant une sportive de haut niveau à l’époque, elle a l’opportunité de se rendre à Bali pendant huit mois pour faire découvrir les sports nautiques aux adolescents du territoire. Elle revient ensuite à Maurice pour concrétiser sa passion pour l’hôtellerie en rejoignant l’institut Vatel pour parfaire ses études. Entamant son Bachelor Degree, la jeune femme explore en parallèle divers postes au sein du Four Seasons Resort Mauritius d’Anahita, notamment une expérience en F&B, une formation en management pour ensuite devenir superviseuse du service d’entretien. Elle refait ensuite ses bagages pour se diriger à Punta Cana, aux Bahamas et dans les Alpes françaises afin de consolider son expertise, toujours en compagnie du Club Med. La jeune femme fait également en 2018 un court détour au restaurant Paul Bocuse de Lyon en tant que chef de rang.

 

Alors qu’elle poursuit son MBA à l’Institut Vatel, elle raconte qu’à l’époque, cela la choquait de constater qu’une seule femme occupait le poste de directrice d’hôtel. « Un jour, je me suis précipitée dans le bureau du directeur de Vatel pour lui dire que moi aussi je serai à la tête d’un hôtel ». Ainsi, les étoiles se sont alignées, car en 2019, elle obtient un entretien avec Jennifer Wong (celle-là même qui dirigeait l’hôtel Veranda Paul et Virginie à l’époque) pour le poste de directrice des opérations. Elle rejoint l’hôtel, avant de passer au poste de directrice adjointe en novembre 2019 pour finalement devenir Hotel Manager en 2020.

Elodie avoue que ce parcours réussi a été jalonné de nombreux défis. « J’ai pu atteindre l’un de mes rêves. Cela s’accompagne de responsabilités, mais je m’y attendais et je sais que j’ai les épaules pour ; il y a une bonne raison pourquoi je suis là. Être directrice d’hôtel était mon rêve depuis Vatel, le devenir m’a permis de comprendre que j’ai beaucoup de choses à apprendre et quelque part cette quête de connaissance m’encourage et me pousse à donner le meilleur de moi-même », affirme Elodie.

 

Aujourd’hui, elle apprécie chaque minute passée au Veranda Paul et Virginie car c’est là sa famille, et c’est aussi pour elle une école où elle ne cesse d’apprendre. « Je fais le plus beau métier au monde, avec mon équipe ici, nous créons du rêve, nous façonnons des moments inoubliables pour nos clients », ajoute-t-elle. Néanmoins, Elodie note un manque de valorisation pour les métiers de l’hôtellerie et c’est selon elle l’une des raisons qui explique que les jeunes ne s’intéressent pas à ce domaine. « Il faut repenser la manière de considérer et de voir les opportunités d’emploi dans les hôtels. Il ne faut pas oublier que Maurice est reconnu internationalement pour son niveau de service et que les métiers de ce domaine sont d’ailleurs irremplaçables. Alors oui, il faut redonner ses lettres de noblesse à l’hôtellerie, faire comprendre que ce milieu peut tout aussi bien être prestigieux et profondément enrichissant. C’est un effort collectif qui s’impose », explique-t-elle.

 

Même si son ascension semble fulgurante, Elodie raconte qu’elle est néanmoins toujours en train de se construire, d’apprendre et de faire face aux périples de la vie, notamment la perte de ses deux parents. Elle révèle qu’aujourd’hui, pour se garder en forme et pouvoir prendre soin des autres, elle fait pas mal d’introspection tout en se souvenant constamment de chercher le positif dans chaque chose. Venant tout juste d’obtenir sa licence de skippeur, elle s’enthousiasme à l’idée de faire des sorties en mer. Pour les jeunes qui désirent faire carrière comme elle, Elodie leur demande de se focaliser sur une chose à la fois et de ne jamais donner la chance à quiconque de les décourager.

Elodie Sooriah, the youngest lady hotel manager in Mauritius

A perfectionist and optimist who is both competitive and methodical, Elodie Sooriah is a woman who has seized every opportunity to fulfil her desire to become not only one of the few hotel managers in Mauritius but also the youngest at 34. Now in her fifth year at the Veranda Paul et Virginie, she has built her position as manager on a wealth of international professional experience and a tireless desire always to do better. She tells us about the journey that led her to become what she is today while sharing her thoughts on the hotel industry and life as a whole.

 

Initially, Elodie aspired to a career as an aeroplane pilot; however, it seems that life had other plans in store for her. Quickly discovering that she would not flourish in this field, she began a year of law studies in Nantes before returning to Mauritius to join Club Med. As a top sportswoman then, she had the chance to travel to Bali for eight months to introduce local teenagers to water sports. She then returned to Mauritius to pursue her passion for the hotel industry by joining the Vatel Institute to further her studies. Starting her Bachelor’s Degree, the young woman explored various positions at the Four Seasons Resort Mauritius in Anahita, including experience in F&B, management training and then becoming supervisor of the housekeeping department. She then packed her bags and headed for Punta Cana, the Bahamas and the French Alps to consolidate her expertise, again with Club Med. In 2018, the young woman also made a brief diversion to the Paul Bocuse restaurant in Lyon as a chef de rang.

 

While pursuing her MBA at the Institut Vatel, she recounts how, at the time, she was shocked to find that only one woman held the position of hotel manager. « One day, I rushed into the office of the director of Vatel to tell him that I too would be the head of a hotel ». And so the stars aligned because in 2019 she got an interview with Jennifer Wong (the same one who was running the Veranda Paul et Virginie hotel at the time) for the position of Operations Director. She joined the hotel, before moving up to Assistant Manager in November 2019 and finally becoming Hotel Manager in 2020.

 

Elodie admits that her successful career has been marked by many challenges. « I’ve been able to achieve one of my dreams. It comes with responsibilities, but I expected that and I know I have the shoulders for it; there’s a good reason why I’m here. Being a hotel manager has been a dream of mine since Vatel, and becoming one has made me realise that I have a lot to learn, and somehow this quest for knowledge encourages me and pushes me to give the best of myself, » says Elodie.

 

Today, she appreciates every minute spent at Veranda Paul et Virginie because it’s her family, and for her, it’s also a school where she never stops learning. « I do the most beautiful job in the world. With my team here, we create dreams and unforgettable moments for our customers, » she adds. Nevertheless, Elodie notes that there is a lack of recognition for the hospitality professions, and she believes that this is one of the reasons why young people are not interested in this field. « We need to rethink the way we look at job opportunities in hotels. We mustn’t forget that Mauritius is internationally recognised for its level of service and that jobs in this field are irreplaceable. So yes, we need to restore the hotel business to its former glory and make people understand that it can be both prestigious and deeply rewarding. It’s a collective effort that’s needed », she explains.

 

Although her rise may seem meteoric, Elodie says she is still in the process of building, learning and coping with life’s ups and downs, not least the loss of both her parents. She reveals that today, to stay in shape and be able to take care of others, she does a lot of introspection, while constantly remembering to look for the positive in everything. Having just obtained her skipper’s licence, she’s excited about the idea of going out to sea. For young people who want a career like hers, Elodie asks them to focus on one thing at a time and never give anyone the chance to discourage them.

 

Destinations
Hôtel
Luxury
News

Show Your Support

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Like it 3